Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (72)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (1)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (11)
 Contes horreur halloween (4)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Conte Nordique  Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Il était une fois un roi qui mourait de froid dans son palais de marbre. Les courtisanes se succédaient pour le réchauffer mais elles le quittaient, bleui et meurtri. Les chasseurs et les tanneurs puis les couturiers s’affairaient pour lui présenter d’aériens manteaux à partir d’hermines, de zibelines et de martres.

De plus en plus désespéré, ces manteaux sublimes ne lui apportant aucun réconfort, le roi songeait sérieusement à abandonner son royaume pour partir très loin, dans un pays où il aurait enfin chaud.

 

Alors que les servantes emballaient dans des malles ses effets personnels, son or et ses pierreries, un traîneau s’arrêta à la porte du palais et une sublime créature, vêtue de dentelles et d’organdi se présenta à ses yeux éblouis. Des fleurs de myosotis étaient piquées dans ses boucles vaporeuses, son sourire était prometteur, semblant inciter à l’amour.

Le roi, conquis, prit la belle par la main, ordonna que l’on s’affaire auprès de son attelage, lui présenta une fourrure de vison tout en l’invitant à s’asseoir sur le trône, à ses côtés mais la divine créature laissa échapper sa colère. « Pourquoi toutes ces fourrures ? N’avait-il pas honte de profiter de l’assassinat de pauvres bêtes, parures des forêts et des lacs pour se vêtir de leurs dépouilles ?

 

- Pardon, ma mie, dit le roi, si je vous ai offensée. C’est la coutume en mon pays.

- Eh bien, si tu veux échapper au châtiment que tu mériterais, cesse de grelotter sans raison au fond de ton palais. Habille-toi avec simplicité, monte à cheval et cours à la recherche de ta destinée. Tu n’auras plus jamais froid, j’en réponds ! »

Et la divine créature partit comme elle était venue, dans un bruit de grelots, laissant le roi à ses réflexions.

Penaud, il ne put s’empêcher de penser que la merveilleuse apparition avait dit vrai.

 

Il agit désormais en suivant ses conseils et demeura en son palais de marbre, juste le temps de se reposer de grandes chevauchées qui lui donnèrent enfin le soleil et la paix.







Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz