Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Conte tunisien (4)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (73)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (2)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (12)
 Contes horreur halloween (3)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Ourson de verre  Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Voulez-vous que je vous raconte l’histoire d’Ourson de verre ? Oui ? Alors, allons-y !

C’était un vrai ourson, en muscles et en fourrure. Je l’appelle Ourson de verre (ODV en abrégé), parce qu’il était transparent. Transparent ? Bon, ce n’est une façon de parler : disons plutôt que sa mère ne le voyait pas. Je ne peux pas vous dire pourquoi, ODV lui-même l’ignore et nul ne le sait sans doute. Mais le fait est que Mère Ourse (MO) ne compta que deux des trois petites masses nées d’elle cette année-là. C’est étonnant et bizarre, je sais, mais c’est comme ça !

Heureusement, comme MO léchait quotidiennement et consciencieusement ses deux oursons, elle donnait aussi un coup de langue à ODV parfois sans y prendre garde. D’ailleurs ODV pouvait discrètement téter et se blottir contre la fourrure maternelle, incognito. Et ODV pu grandir avec ses frères.

Ses frères ? C’étaient Petit Ours Marron et Petit Ours Gris, POM et POG, en abrégé. Ils étaient perplexes car ils voyaient bien ODV, eux, et ils jouaient de temps en temps avec lui sans en avoir l’air en l’absence de MO. Mais comme ils avaient confiance en leur mère qui ignorait ODV, ils ne savaient pas trop quoi penser. C’était un peu compliqué pour de si jeunes ours. En tout cas, si nul ne s’intéressait à ODV, on ne le chassait pas non plus. Comment pourrait-on chasser quelqu’un qui n’existe pas ?

Je tiens à préciser qu’on ne parlait pas dans cette famille car c’était une espèce d’ours muets, tout juste un peu « grognonants ».

Un jour, il se passa quelque chose. Alors que MO suivie de ses petits cherchait un nouveau territoire où habiter, le leur ayant été dévasté par le feu, ils eurent à traverser un torrent tumultueux. Qu’à cela ne tienne ! MO fit passer tour à tour POM et POG sur son dos. Elle déposa POM en premier de l’autre coté et revint chercher POG. Vous devinez la suite, n’est-ce pas ? Elle ne refit pas le trajet pour ODV, évidemment !

Heureusement que ODV n’était plus un bébé, et pas si fragile que ça malgré son nom ! Il avait un peu plus d’un an et savait déjà grimper aux arbres. Il pleura mais finit par sécher ses larmes. Il explora les alentours et trouva facilement de quoi se nourrir et où dormir. Et quelques jours plus tard – miracle et merveille – il rencontra une famille d’ours à peu près semblables à lui.

On lui posa plein de questions : que faisait-il là, tout seul et si jeune dans la forêt ?
ODV ne comprenait pas car il n’avait pas de langage, mais il se sentit accueilli et suivit volontiers cette ourse et ses quatre oursons. Au début, il avait été intimidé par tant de regards sur lui et de paroles à son égard. Il aurait bien voulu redevenir transparent de temps en temps – question d’habitude – pour se reposer.
Mais ces ours-là étaient patients et ODV apprit vite à réagir comme eux. Comme il n’avait pas l’habitude d’être sollicité pour des jeux ou de menus travaux, il endormait le soir épuisé, mais content. Il a du apprendre aussi à se faire remettre à sa place quand il dérangeait ou déplaisait mais cela se faisait tout en douceur.

Ce qui ravissait le plus ODV, c’était l’étonnante capacité de sa nouvelle famille à échanger des mots et des phrases. C’était un moyen rapide et léger de se comprendre, de s’expliquer, de prendre des décisions et de s’accorder les uns aux autres qui l’émerveillait. En deux semaines à peine, il avait appris à décoder la plupart des mots et un mois plus tard, il parlait lui aussi !

Quelques années plus tard, ODV était un jeune adulte, destiné à se trouver un nouveau territoire où s’établir. Il explorait la grande forêt chaque jour et revenait le soir retrouver les siens. Or, un jour, devinez qui il vit ? Mère Ourse, celle-là même qui l’avait mis au monde sans même s’en rendre compte. Elle avait un peu vieilli et elle était seule. POM et POG étaient sans doute déjà partis faire leur vie ailleurs.

« Mère Ourse » murmura ODV. Elle le voyait mais ne le reconnaissait bien sûr pas. « Je te reconnais, moi » dit ODV, mais il se rappela qu’elle ne pouvait pas le comprendre. Alors ODV resta deux mois auprès de MO, jusqu’à ce qu’elle ait appris à parler elle aussi. Et il s’avéra que Mère Ourse avait une très jolie voix, chantante et fluttée. « Tu es ma Mère Ourse de Cristal », lui dit un jour Ourson de verre en riant.

ODV et MO décidèrent de retrouver POM et POG pour leur faire partager tous ces mots à dire et à créer. Ils envisagèrent de prévoir à l’avenir des rencontres régulières, juste pour le plaisir de bavarder entre eux, eux et leurs familles respectives et puis tous ceux qui voudraient se joindre à leur groupe.

Et voilà pour cette histoire d’ours, de verre et de cristal.








Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz