Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (72)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (1)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (11)
 Contes horreur halloween (4)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Les deux sous de Waïna  Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Ceci se passait, il y avait très longtemps. La famine frappait le pays. Un soir, autour du feu fut réunie la famille de Toumatou, sa mère, son père et les quatre frères et sœurs, puis la grand-mère nommée Yama. Man Yama était d’une si débordante gentillesse que le village entier n’aurait pu contenir son cœur. Malgré le panneau indiquant, à l’entrée de son épicerie : « Pas de crédit aujourd’hui. Revenez demain », on eût cru que la grand-mère tenait là, une œuvre de bienfaisance. Elle vendait à crédit à tous, mais il n’y avait pas grand monde qui la remboursait. Voilà la raison pour laquelle, lorsqu’un soir, à la lune tombée, vint Waïna la voisine tendre les deux sous qu’elle devait depuis deux ans, la grand-mère Yama dans son état d’excitation et de jubilation, lança la pièce, on ne sait où. On fouilla désespérément partout, avec l’aide de Waïna. Tout le monde s’accorda pour reconnaître la bonne foi de Waïna et on la félicita tout de même d’avoir remboursé sa dette. Puis la misère sévissait toujours. Des épidémies de choléra, de dysenterie, de paludisme, de gale, de teigne décimaient la population. La grand-mère tomba malade.

Un jour, on finit sa toilette. Elle se trouva tout à coup exténuée et faillit perdre connaissance. Dans l’empressement on voulut la ramener dans son grabat. On se répartit en plusieurs groupes pour la prendre. Les uns par la tête et le buste, les autres par le flanc, et encore d’autres par les pieds, la tenaient. Puis, lors d’une fausse manoeuvre la grand-mère Yama se retrouva la tête un peu plus bas que le reste du corps. Tout à coup, un objet chuta d’un trou appelé salière se creusant d’année en année dans la clavicule de man Yama et un cliquetis se fit entendre au sol.

Toumata qui était en retrait, vu son jeune âge, observait les réactions de sa grand-mère qu’elle aimait tant et qu’elle croyait à l’agonie. Ce fut donc elle qui estima le mieux l’endroit précis d’où résonnait ce bruit de ferraille sur le sol. Elle s’accroupit aussitôt, prêta l’oreille au roulement de la piécette, à défaut de suivre des yeux l’objet miraculeux. La petiote se déplaçait en suivant à l’oreille le cliquetis au sol. Elle aperçut alors la pièce de deux sous achevant son tournoiement dans un tintement sec. Toumata saisit la pièce dans un geste héroïque, puis la brandit victorieusement, à côté du corps grêle de sa grand-mère qui pendillait dans les bras des autres.

« C’est la pièce de Waïna !» s’extasia la mère de Toumata.
Tous les regards furent illuminés comme si ces deux sous brillants avaient eu le pouvoir d’éradiquer la famine de toute une famille.







Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz