Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (72)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (1)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (11)
 Contes horreur halloween (4)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Il était une fois le Grand 8  Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)



Il était une fois le Grand 8.

Il y a longtemps loin d’ici,
vivait dans un pays,
étrange et merveilleux,
deux petits lutins joyeux.

Marine et Valentin possédaient
un salon de thé qui se situait
en haut d’un pommier.
Au beau milieu du Bois Ramé.

Oh ! ce n’était pas n’importe quel pommier,
c’était le « pommier enchanté ».
Il avait pour particularité
de donner des fruits, tout au long de l’année.

La vie était belle
à Neuvecelle,
les nains, les fées, les trolls ... étaient heureux
et tout allait pour le mieux.

Nos deux petits lutins confectionnaient avec amour,
des tartes, des compotes, des crumbles, tous les jours.
Leur réputation n ‘était plus à faire et tout le Chablais achetait
ses confiseries au « pommier enchanté » ; personne n’y résistait.

Les gnomes mettaient l’eau minérale de la source en bouteille.
Une eau si pure et si légère qui n’avait pas son pareil
pour soigner tous les maux du monde entier,
et d’assurer en plus la longévité.


Les sorciers préparaient des potions magiques
grâce à l’eau du puits, qui n’avait que des vertus bénéfiques.
Les elfes donnaient des soins à l’établissement thermal,
et les fées s’occupaient du palais Royal.

Tout était paisible jusqu’au jour
où le Grand roi Jacques organisa un Grand bal pour :
les 8 ans de sa fille. Tous les lutins, les fées
et les sorciers du Chablais seraient invités.


Ce que le Grand roi Jacques préférait c’était le chocolat.
Ganaches, fondants, macarons, rochers, mousses, nougats…
n’avaient pas de secret pour nos deux petits lutins.
Pour leur roi ils réalisèrent un fabuleux festin.

Il fallait les meilleurs des désserts
pour les plus grands de cette terre.
D’après ce que l’on m’a rapporté
Ils se sont tous régalés.

Mes amis quel remue-ménage !
Dans tous les salons de l’Hermitage,
de « la chapelle de Maraiche à Chez Duret »
on ne parlait plus que de ce banquet.

Tout le monde s’apprêtait pour le » G8 » :
les gouvernantes nettoyaient les suites,
les fleuristes composaient de somptueux bouquets,
les jardiniers taillaient les bosquets.


Mais le plus impressionnant,
c’étaient les centaines de ménestrels qui s’étaient déplacés
pour l’événement.
Il en venait du monde entier.

Et encore plus étonnant, tous les gardes de l’armée
étaient là pour assurer la sécurité.
Même la cavalerie et les pompiers
avaient débarqué.

On avait bloqué la circulation,
seules les délégations munies d’une autorisation,
d’une accréditation ou d’une invitation
pouvaient accéder aux environs.

Un jour, on entendit
un terrible bruit
qui fit trembler la terre entière,
On eut dit des milliers d’hélicoptères.

C’était le Farfadet du Bois du Feu,
un terroriste antimondialiste dangereux
qui avait été banni, il y a des décennies,
de ce magnifique et paisible pays.

Il chevauchait un terrible dragon.
Il s’était enfui de sa prison.
Il voulait se venger
et avait décidé de tout enflammer.

Mais grâce aux gardes du palais Royal,
et à tout leur arsenal,
il fut arrêté, personne ne fut blessé
et la fête put continuer.

Sur les bords du Lac Léman,
pour tous les chevaliers vaillants
était organisé un concours de ricochets.
Le plus brave serait récompensé d’un doux baiser.

C’est Valentin notre lutin courageux,
qui reçut de sa princesse bien aimée,
le baiser et la promesse d’être épousé.
La plus belle des récompenses pour un amoureux.

Marine était resplendissante dans sa robe dorée.
C’était sa marraine la fée qui l’avait confectionnée.
Le Prince Vincent ne put résister,
c’est avec elle qu’il dansa toute la soirée.

Le roi Jacques était enchanté.
Même l’oncle Tom l’a félicité.
De part le monde on parle encore du G8.
Car c’était une vraie réussite.

Pour arriver à un tel succès, il a fallu des kilos d’organisation,
Un soupçon de sages résolutions,
Un zest de bonne volonté, un bouquet d’Aneth Etoilée ,
Une poignée de solidarité saupoudrée de poussière de fée !







Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz