Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (72)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (1)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (11)
 Contes horreur halloween (4)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Le cheval du roi  Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Madoungou - Boutchou était un village très réputé dans l'élevage des chevaux et à juste titre. Le roi de ce village avait un cheval au pelage blanc qu'il aimait beaucoup et qu'il a surnommé " Gérèse ".

Un jour, pour montrer publiquement l'importance de l'amour qu'il avait pour ce cheval, il convoqua tout le village et au cours de la séance, il déclara :

- Peuple de Madoungou - Boutchou, écoutez-moi ! Je suis votre Roi et Gérèse est mon Cheval bien aimé. Je veux qu'il soit aimé de tous et malheur à celui qui oserait un jour m'annoncer sa mort.

La séance se termina sur cette déclaration du puissant monarque et Gérèse fut comme d'habitude conduit au pâturage. Mais un grand malheur arriva. Le Cheval fut mordu par un serpent et tomba mortellement blessé. Qui assumerait la lourde responsabilité d'aller annoncer à sa majesté cette mauvaise nouvelle ? Personne n'osa. Seul Vouzou l'un des sages de la cour royale qui maîtrisait très bien l'art de la rhétorique décida d'aller parler au Roi. Il demanda d'abord une audience et fut reçu. Il déclara :

- Majesté, vous êtes vénéré et adoré parmi tous les rois car vous êtes le plus puissant et le plus intelligent. Grâce à vous et à votre amour des chevaux, notre village est prospère.

Le Roi répliqua :

- Vouzou, j'aime beaucoup quand tu me visites car tu me dis toujours des choses intéressantes.

- Votre majesté, répondit Vouzou, il y a un détail que j'aimerais souligner. Il s'agit de votre cheval. Ce matin, je l'ai vu dans un état inhabituel.

- Et dans quel état ? rétorqua le Roi

- Il était couché dans l'herbe, les yeux grandement ouverts, les quatre pattes dégagées vers le ciel. Il était plus gros que d'habitude et en plus son parfum attirait les mouches.

Sa majesté réfléchit un instant un instant et dit :

- Vouzou, d'après ce que je comprends, Gérèse mon cheval bien aimé est mort.

- Votre majesté, je n'ai jamais dit que Gérèse était mort, c'est vous-même qui avez fait ce diagnostic.

Le Roi donna raison à Vouzou et au lieu d'être châtié, il fut promu au poste de vice-Roi.

A compter de ce jour, tout le village retint la leçon selon laquelle qui ne risque rien n'a rien.







Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz