Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Conte tunisien (4)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (73)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (2)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (12)
 Contes horreur halloween (3)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
Le chat Oscar Lallement, France, Colline 60 ans Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Le chat oscar vit dans un appartement d'où il ne sort jamais. Sa petite maîtresse, Elise, a installé devant la fenêtre, un tabouret. Grimpé dessus, Oscar regarde avec envie les oiseaux qu'il aimerait croquer.

Tout cela va changer. Après un long voyage une voiture, Elise vient d'ouvrir la caisse à chat. Ouf ! Oscar étire ses pattes, détend ses muscles, il est heureux.

Le voilà en vacances, dans le grand jardin pour lui tout seul, où il va pouvoir chasser à son aise. Parfois, allongé sur la chaise longue, il fait semblant de dormir, d'ailleurs il ne ferme qu'un oeil, l'autre à demi ouvert, guette. Si un oiseau imprudent s'approche, d'un rapide coup de patte, paf ! Sa proie est prise et mangée en quelques minutes.

Le chat Oscar est bien nourri, son gros ventre le prouve. Il chasse les oiseaux par plaisir et gourmandise. Manger un oiseaux est un régal pour Oscar. Et puis, ils ont des ailes se dit-il, moi pas. Ils peuvent s'envoler, ils n'ont pas besoin de venir sous mon nez, à picorer des miettes et me taquiner.

La petite mésange bleue se promène quand un merle vient l'avertir.

- Attention ! Jolie mésange bleue, le chat Oscar est arrivé. C'est un terrible chasseur.

- La maison est fermée depuis des mois, je n'ai pas vu de chat, dit la belle.

- Oui ! méfie toi, dit le rouge-gorge, sur la chaise longue où il s'allonge, il ne dort pas, il guette.

- Quel malheur ! Dit la la jolie mésange, j'ai fait mon nid dans l'arrosoir.

- C'est vrai, dit le moineau, la dernière fois qu'il est venu en vacances, il a mangé tous mes copains.

- Que vont devenir mes petits, s'inquiète la mésange, l'arrosoir est à côté de la chaise longue, il va les entendre et les sentir.

- Que c'est triste, que vont devenir les petits, reprennent ensemble tous les oiseaux.

Les merles discutent en eux, et décident de jouer un bon tour au chat
Oscar.

La chaises longue est sous le plus beau cerisier, celui où tous les merles se donnent rendez-vous.

- Quelle chance, dit le gros merle.

Les voilà dans l'arbre, heureux de se régaler des bonnes cerises juteuses. Quand soudain, le chat Oscar arrive, sans bruit comme d'habitude. D'un bond, il saute sur la chaise longue, se penche vers l'arrosoir et se lèche déjà les babines. Il veut y plonger sa patte, quand une nuée de gros merles l'agresse. Ils le picorent avec force tandis que les autres plus jeunes, lancent une pluie de noyaux.

- Miaou ! Miaou ! Crie le chat Oscar, il n'est pas content du tout. Il a compris la ruse des merles. Demain, se dit-il, je trouverai bien le moyen de renverser l'arrosoir et de manger les petits qui sont dedans.

Le lendemain, Oscar arrive tout doucement sur ses coussinets. Il s'installe sur la chaise longue, fait semblant de dormir, ouvre un oeil, personne, pas un merle dans les parages.
Il est heureux, il a bien fait de venir plus tôt que d'habitude. Aucun pépiement ne sort de l'arrosoir qui est à sa place, tout prêt du transat, les oisillons doivent dormir. Hum ! Quel régal se dit Oscar, quel repas délicieux je vais faire. N'y tenant plus, il descend doucement de sa chaise, et tire l'arrosoir qui glisse sur l'herbe sans faire de bruit. Puis il le renverse, regarde encore aux alentours et plonge sa patte à l'intérieur, qu'il retire vivement en hurlant de douleur. Il secoue sa patte, il ne comprend pas. Puis il voit une boule sortir tranquillement de l'arrosoir.

- Voilà ! dit le hérisson, c'est ta punition. Pendant la nuit nous avons changé les arrosoirs. Tu es bien nourri, tu n'as pas besoin de manger les petits de notre jolie mésange.




france75020@aol.com







colline

Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz