Conte enfant
 
Fabrique un conte perso

 Conte arabe (60)
 Conte bébé (6)
 Conte chinois (16)
 Conte de fee (77)
 Conte ecole (34)
 Conte enfant (26)
 Conte japonais (32)
 Conte merveilleux (78)
 Conte mexicain (20)
 Conte russe (13)
 Conte tunisien (4)
 Contes africain (71)
 Contes andersen (57)
 Contes animaux (78)
 Contes bretons (16)
 Contes de grimm (139)
 Contes de la becasse (17)
 Contes de la crypte (34)
 Contes de noel (73)
 Contes de perrault (13)
 Contes des milles et une nuit (4)
 Contes du Maroc (3)
 Contes du monde (45)
 Contes écrits par des enfants (97)
 Contes égyptiens (2)
 Contes en ligne (72)
 Contes et légendes (26)
 Contes fantastiques (12)
 Contes hoffmann (12)
 Contes horreur halloween (3)
 Contes inde (32)
 Contes marocain (33)
 Contes scandinaves (7)
 Contes traditionnel (25)
 Fable La Fontaine (31)
 Histoire du conte (11)

 
LE JARDIN DES OUBLIES JEAN Catherine CIBOULET 1958 Format imprimable  Format imprimable (pour imprimer le conte)

Ciboulet, le chien, vit de grandes et belles aventures.
Tous les jours.
Celle qu'il va vous raconter est particulièrement touchante :

"De sa fenêtre Lisette voit tout ce qu’il se passe dans notre rue.
Lisette est une minette qui habite en face de chez moi.
Et elle en voit des choses, mine de rien.
Hier, elle a d’ailleurs vu un drôle d’animal pénétrer dans mon jardin.
Blanc !
Deux papattes.
Avec des ailes.
Très grand !
Du premier coup elle croyait que c’était Gertrude, la cigogne, qui rentrait tranquillement de sa promenade.
Mais quelque chose clochait.
L’allure générale ne cadrait pas…..
Intriguée, elle m’a prévenu par mail.
J’ai descendu dans mon jardin….
Pas pour y cueillir du romarin, non, mais pour voir……
Et je n'ai rien vu !
Il n'y avait personne à part mes amis habituels qui, eux non plus, n’avaient rien vu.
Mais.....
Car il y a un mais.....
Gertrude avait entendu un cri particulier et un bruissement d’ailes……
Je suis donc allé sonner chez Lisette.
Je voulais en savoir un peu plus.
Nous avons convenu ensemble d’un plan d’action.
Elle surveille.
Je me tiens prêt.
Et dès qu’elle revoit le volatile, elle me prévient discret’os.
Je me demande bien de qui il peut s’agir…..
Patience !
Lisette est à son poste.
Je ne bouge pas de chez moi.
Louche cette affaire……
Je n’y croyais plus !
J’étais posté à la fenêtre avec mes jumelles quand tout à coup…..
La sonnerie du téléphone me fit sursauter.
C’était Lisette.
D’après elle, le volatile venait de pénétrer sur mon territoire.
Je la remerciais du renseignement et retournais à mon poste d’observation.
Avec une pluie pareille je ne m’attendais pas du tout à sa venue.
Et puis….
Un bec crochu, une longue papatte, puis une deuxième arrivèrent sous ma fenêtre.
Même pas farouche l’animal !
Il m’apostropha.
Incroyable !
Il voulait savoir s’il pouvait déposer ses valises dans mon jardin.
Ni une ni deux je couru le rejoindre.
Je lui ai ouvert la porte en lui expliquant qu’il n’y avait aucun souci.
Il pouvait se poser où il voulait.
Je l’ai d’abord fais rentrer pour qu’il se repose et je lui ai passé une serviette car il était trempé.
On a partagé mon repas……
Mais il n’avait pas beaucoup d’appétit.
A moins qu’il n’aime pas les croquettes…..
Et puis il a demandé à sortir.
On a fait le tour du jardin et je lui ai dit de choisir sa place.
Il s’est mis sous ma fenêtre.
Dans un arbuste.
Comme ça on se verra tous les jours m’a-t-il dit en me remerciant.
Il n’a pas encore de nom.
Je ne sais même pas dans quelle catégorie le classer.
Il est étrange.
Mais très sympathique.
Il ressemble à un flamand, mais il n’est pas rose.
Lui-même ne sait pas trop qui il est.
Je crois que je vais l’appeler Plume.
Il est d’accord.
C’est la première fois que quelqu’un lui donne une identité…..
Le lendemain matin, du bruit se fit entendre sous mes fenêtres.
C’était Plume.
Mais elle n’était pas seule.
Non.
Une multitude d’oiseaux tournaient autour d’elle en chantant.
Et ça piaillait dans tous les sens.
Je suis sorti pour voir ce qu’il se passait.
Et bien figurez-vous que tous ces moineaux venaient souhaiter la bienvenue à Plume.
Elle en était toute émue.
Elle a même versé une larme.
A moins que ce fût la pluie qui ruisselait sur ses joues…..
Elle ne se rappelait pas avoir été aussi bien depuis longtemps.
Elle me dit aussi avoir quelques souvenirs qui lui reviennent en mémoire.
Pas de façon très nette, mais des images qui trottent dans sa tête.
Des images qu’elle voulait oublier.
C’est comme ça qu’elle était devenue amnésique.
Une amnésie volontaire….
D’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a le sentiment d’avoir toujours été seule.
Personne ne voulait d’elle.
Tout cela parce qu’elle est différente.
Déjà à sa naissance elle ne ressemblait pas à ses frères et sœurs.
Alors elle avait été mise un peu à l’écart.
Pour couronner le tout elle n’arrivait pas à voler non plus.
Et quand sa famille s’en est allée dans les airs, elle s’est retrouvée seule au sol.
Que faire ?
Où aller ?
Courageuse, elle a rassemblé quelques petites affaires et a pris la route.
Partout où elle passait on la chassait.
C’est que quand on est différent on n’intéresse personne.
Mais qu’à cela ne tienne, elle avait décidé d’aller de l’avant.
Elle voulait oublier son passé et penser que quelque part quelqu’un voudrait bien d’elle.
Elle ne pourrait pas dire pourquoi, mais lorsqu’elle est arrivée dans notre village elle s’y est tout de suite plu.
Fallait trouver un nid où se poser à présent.
Alors elle a questionné à droite et à gauche.
Tout d’abord elle a rencontré Léon, le hérisson, qui lui a indiqué une rue.
Arrivée dans cette rue elle a rencontré un drôle d’oiseau.
Bidule, qui lui a donné un numéro de maison.
Et arrivé devant cette maison, un escargot, Jojo, lui a confirmé qu’elle était à la bonne adresse.
La suite vous la connaissez.
Plume à un foyer.
Ah, il faut aussi que je vous dise.
Elle se souvient de son prénom.
Plume s’appelle en fait Pénélope.
On avait presque vu juste.
La première lettre était la bonne.
Il fallait juste gratter la suite….
Ca rappelle des souvenirs.
Moi aussi on m’a gratté quelques lettres.
Je m’appelais Ciboulette quand je suis né, car on croyait que j’étais une fille…..
Et quand le vétérinaire a dit que j’étais un p’tit gars, on a gratté le « t » et le « e ».
Et je me suis appelé Ciboulet.
C’est comme ça que je suis devenu la star d’un jeu à gratter.
Poils à gratter que ça s’appelle !
Mais ça, c’est une autre histoire…..
Pénélope vit à présent dans mon jardin.
Plus personne ne lui fera de peine.
La vie peut être si simple quand tout le monde y met du sien.
Pas vrai ?
Allez ! A plus tard !
Pour une autre de mes aventures.


cathy.jean@wanadoo.fr







JEAN

Les contes sont la propriété de leurs auteurs.
Envoyez moi vos contes sur ce mail (ajoutez votre nom, prénom et âge), je les mettrai en ligne avec plaisir!
Isabelle de contes.biz